Saint Expédit

Selon le Martyrologium Hieronymianum, saint Expédit était un commandant romain d’Arménie converti au christianisme et décapité pour cette raison par l’empereur Dioclétien en l’an 303 de l’ère chrétienne, à Mélitène, en compagnie des autres martyrs Hermogène, Caius, Aristonique, Rufus et Galatas.

Il n’y a pas de relique d’Expédit et son existence réelle est, depuis longtemps, remise en cause.

Certaines autorités de l’Église s’interrogent sur son existence réelle et l’historien d’art Louis Réau rapporte que Pie X avait « rayé, en 1906, son nom du martyrologe et prescrit, sans succès, l’enlèvement de ses images dans les églises. »

Reste que les croyants s’en réfèrent encore à lui afin qu’il interfère dans les procès qui s’éternisent. Il est le saint patron des écoliers, des hommes d’affaires et des candidats au permis de conduire. Mais sa fête n’est que peu célébrée. Son nom figure au plus ancien martyrologe, celui de l’Église indivise, il est à ce titre vénéré dans l’Église grecque.

En 1910, Christian Morgenstern donnait peut-être la première version de la légende des religieuses qui reçoivent un colis anonyme et l’attribuent à Saint Expeditus. Prosper Ève colportera la légende en racontant que saint Expédit aurait été inventé par erreur par un groupe de sœurs de l’île de la Réunion qui reçurent, de Rome, des reliques emballées dans un paquet sur lequel était écrit « in expedito », et sans mention de quel saint provenaient ces reliques.

Le culte de saint Expédit, sous le nom d’Elpide ou Ilpide, se serait développé en Allemagne au XVIIe siècle. Il est honoré le 19 avril par l’Église catholique et l’Église orthodoxe. En 1781, il fut proclamé patron secondaire d’Acireale en Sicile.

Saint Expédit est vénéré dans certains pays d’Amérique du Sud, dont l’Argentine et le Chili. Il est très populaire au Brésil, où il est le saint patron de la Police militaire de l’État de São Paulo. Il est surtout connu depuis la fin des années 1990, lorsque Renato Geraldes, un imprimeur de São Paulo, a promis de diffuser son nom partout après avoir reçu la grâce. La fête de Saint Expédit (19 avril) donne lieu à de nombreuses manifestations, notamment dans le village qui porte son nom (Santo Expedito, État de São Paulo).

À l’église Saint-Nizier de Lyon, c’est souvent sous sa statue que les résistants de l’ombre se donnaient rendez vous durant l’Occupation (1940-1944).

À Marseille, il semble que son culte y soit arrivé par une passagère qui aurait réussi à embarquer grâce à l’intercession du saint, alors qu’elle était bloquée par les épidémies sévissant à Marseille, à la fin de la guerre 1914-1918. On retrouve sa statue dans l’église de Saint-Cannat, dite aussi des Prêcheurs, au no 4 de la rue des Prêcheurs à Marseille, et dans l’église des Grands-Carmes de Marseille.

Depuis que son culte y a été introduit, dans les années 1930, saint Expédit est particulièrement prié à la Réunion, département français de l’océan Indien. Il s’agit d’un syncrétisme mêlant l’héritage catholique aux croyances venues de Madagascar ou d’Inde. Saint Expédit apparaît, en vérité, comme un ultime recours à beaucoup de monde, principalement aux déshérités de la société réunionnaise. Le culte de saint Expédit est destiné à lui demander une faveur : trouver du travail, gagner de l’argent ou d’autres choses plus ou moins importantes mais toujours avec une notion de promptitude dans l’exécution de la demande.

De très nombreux autels sont construits à son intention le long des routes, spécialement dans les Hauts. Ils sont généralement de taille suffisante pour accueillir une statue de légionnaire romain de quelques dizaines de centimètres de haut. Il en existe cependant de plus grands pouvant contenir plusieurs statues (par exemple, à Trois-Mares), des bougies, des fleurs rouges, etc. Ils sont toujours peints en rouge sang. Les ex-voto remerciant le saint n’y sont pas rares.

Les pratiquants demeurent difficiles à dénombrer, le culte de saint Expédit étant socialement dévalorisé et la fréquentation des autels se fait en secret. Mais leur bon entretien demeure un indice de l’audience persistante du saint.

Le culte de saint Expédit s’est développé à la Réunion à partir de l’église Notre-Dame-de-la-Délivrance, à Saint-Denis, qui a accueilli la première statue du Saint installée dans l’Île. Il y a également une statue du saint à Saint-Leu, à l’église Notre-Dame-de-la-Salette ,

Selon Prosper Ève, Expédit était sur le point de se convertir au christianisme, quand le diable, prenant la forme d’un corbeau, arriva en criant : « Cras ! Cras ! Cras ! » (« Cras », en latin, signifie « demain »)

kelme Training Suits

KELME Soccer Uniform Training Shirt Suits for Men

BUY NOW

39.99
33.99

. Ne voulant pas retarder sa conversion, Expédit l’écrasa en criant à son tour : « Hodie ! Hodie ! Hodie ! » (« aujourd’hui ! »). Expédit est donc souvent représenté portant la palme du martyre, avec le corbeau, et les inscriptions « Cras » et « Hodie ».

Sur les autres projets Wikimedia :

Ferry (Alaska)

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Géolocalisation sur la carte : Alaska

Géolocalisation sur la carte : Alaska

Ferry est une localité d’Alaska aux États-Unis faisant partie du Borough de Denali. Sa population était en 2010 de 33 habitants.

Elle est située sur les deux rives de la rivière Nenana, à 39 milles (63 km) au sud de Nenana, au 371 milles (597 km) de l’Alaska Railroad.

Les températures moyennes vont de -2 degrés Fahrenheit (-19 °C) à -22 degrés Fahrenheit&nbsp

Chile Home MATIAS 14 Jerseys

Chile Home MATIAS 14 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

;(-30 °C) en janvier et de 50 degrés Fahrenheit (10 °C) à 72 degrés Fahrenheit (22 °C) en juillet.

Ferry n’est pas une communauté ancienne, elle est née avec la construction du chemin de fer en 1922

Brazil Away R.CARLOS 6 Jerseys

Brazil Away R.CARLOS 6 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Il n’y a pas d’emploi local, les habitants travaillent aux environs.

Cosmopolitan Productions

Cosmopolitan Productions

Colombia 2016 Home ANY NAME 00 Jerseys

Colombia 2016 Home ANY NAME 00 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, aussi appelée Cosmopolitan Pictures, est une société de cinéma américaine située à New York de 1918 à 1923 et à Hollywood jusqu’en 1938.

William Randolph Hearst, magnat de presse, fonda Cosmopolitan Productions en collaboration avec Adolph Zukor de la Paramount après avoir fait une demande d’entrée dans l’industrie cinématographique qui fut rejetée par United Artists. L’avantage de Paramount était d’avoir un contrat de production avec Cosmopolitan et que, grâce à cela, ils possédaient les droits du film des histoires parues dans le large éventail des magazines de chez Hearst y compris le magazine Cosmopolitan, du nom duquel la compagnie tire son nom, ainsi que Harper’s Bazaar et Good Housekeeping. De cette manière les histoires sont vendues d’avance puisqu’elles sont déjà familières au public à travers les magazines. De plus, les magazines feraient aussi la promotion de ces films.

Cosmopolitan Productions fut d’abord créé pour promouvoir la carrière de la bien-aimée de William Hearst, l’actrice Marion Davies. Elle apparaît dans vingt-neuf films muets et soixante-dix films parlants produits par la compagnie.

En raison des désaccords avec Paramount dans la cadre de la distribution des réservations en bloc de Cosmopolitan Pictures, Hearst permit à la Paramount de sortir ses films par l’intermédiaire d’autres studios. Début 1923, ils furent distribués ou coproduits par la MGM jusqu’en 1934 lorsqu’il y eut un désaccord entre Cosmopolitan et Louis Mayer à propos du film Marie Antoinette ce qui amena Cosmopolitan à se tourner vers Warner Bros.

Robert G. Vignola est un réalisateur étroitement lié à Cosmopolitan Productions. Il réalisa notamment l’extravagant film de 1922, When Knighthood Was in Flower, qui coûta 1,5 million de dollars, ce qui était un montant exorbitant pour l’époque

Chile Home ALEXIS 7 Jerseys

Chile Home ALEXIS 7 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

. Le réalisateur King Vidor tourna trois comédies avec Cosmopolitan : Mirages en 1928, Une gamine charmante en 1928, et Dulcy en 1930, tous avec Marion Davies.

John Ford est également un réalisateur important même s’il travailla assez peu avec Cosmopolitan, ainsi que Howard Hawks.

New Aberdeen Stadium

The New Aberdeen Stadium is a proposed stadium in Aberdeen

kelme Women

KELME Summer Outdoor Casual Cotton Printed Short-Sleeved T-shirt Womens

BUY NOW

39.99
29.99

, Scotland. It would be the home stadium of Scottish Premiership football club Aberdeen. The stadium would replace Pittodrie and would be located near Kingswells and Westhill in the west of Aberdeen

Real Madrid Club de Fútbol Away NACHO 18 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Away NACHO 18 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

Plans for a new stadium began when the club indicated that further development of Pittodrie Stadium was not possible due to the age of the ground and the restrictions from surrounding land. The severe disruption to the clubs activities, and the potential to wipe out some of the club’s debt by selling the club owned land for redevelopment, moreover, made a new stadium the only viable option. In July 2008, the club reiterated their desire to move forwards with a new 21,000 seat stadium, despite the financial crisis that had hit Aberdeen City Council in recent months. The plan is unrelated to the proposed Cove Rangers stadium also being built in the south of the city.

In April 2009, the Arena Project Board recommended a site in Nigg for the new stadium. The majority of fans responding to a questionnaire on the proposal from Aberdeen Supporters Trust opposed the building of the new stadium on the site. Amongst the 10% of Aberdeen fans who replied, 81.2% were against the location of the new stadium, and that the second site of Kings Links adjacent to the existing Pittodrie would be their first choice. 62.8% said they would attend fewer matches if the move was to go ahead. The Board considered that a site adjacent to Aberdeen’s present home of Pittodrie Stadium was too small and too expensive.

The proposed site is within a Green Belt area, which the local council may donate to the project. Concerns have been raised over the new site due to the need to develop over Aberdeen’s only fresh-water loch, and the resultant need for large car parking facilities. Approval for the project would trigger consent for other property developers who have had outline plans for this particular area for a number of years, but until now have been refused due to the Green Belt status.

Aberdeen City Council deferred a decision until the next full meeting of the local authority. The full council approved the project in May 2009, subject to planning permission. In August 2010, a planning application for the new stadium was submitted to the Council, which was approved in February 2011.

It was announced in August 2011 that Barr Construction Ltd will be the contractor for the construction of the stadium, which was scheduled to begin in 2012. In May 2012, construction of the new stadium was delayed for a year, until 2013, due to delays over land ownership. The project suffered a serious setback in August 2012, when Aberdeen City Council rejected a joint application by Aberdeen FC and Cove Rangers FC to build a community sports centre at the nearby Calder Park. Aberdeen FC chairman Stewart Milne said in November 2013 that further negotiations had taken place between the club and the City Council.

In August 2014, Stewart Milne announced that because of the plans being rejected by the current Aberdeen City Council administration, the training facilities and new stadium would be built on two separate sites. Milne confirmed that the training facilities would be announced in the coming weeks and that negotiations were ongoing with the local authorities over the stadium. In November 2014 it was announced that Aberdeen would build its long-awaited training facilities at Balgownie, on land owned by the University of Aberdeen.

The proposals for Balgownie and Loriston were dropped in May 2016, as Aberdeen instead announced their intention to develop a site at Kingsford, to the west of the city. This site would be served by the Aberdeen Western Peripheral Route (bypass), which is under construction. The club had proposed moving to the nearby site of Kingswells in 2003, but this had been dropped due to local opposition.

Aberdeen F.C. intends to sell its current home, Pittodrie Stadium, for housing development. This project received outline planning approval in April 2011.

A community action group of local residents, called „No Kingsford Stadium“, was established in May 2016 to campaign against the proposed development. The group has wide spread support within the local community with a poll showing nearly 60% of residents against the proposal to build the stadium on the Kingsford Site.